Tag Archive | samar island

Du commerce illégal de bois aux splash enjoués des touristes

Initiative : Ulot Torpedo Boat Extreme Ride

English version here

Pouvoir descendre les rapides de la Ulot River sur un ‘‘bateau-torpille’’ relève quelque peu d’un parcours du combattant pour le voyageur sans transport privé. Comme pour beaucoup d’activités à Samar d’ailleurs (voir notre article sur Sohoton). Nous n’avons malheureusement pu tenter l’expérience mais ceux qui s’y sont risqués n’ont pas regretté.  Un peu moins d’une heure de descente et 1 heure et demi de remontée alternant eaux calmes et rapides à bord d’un Torpedo, cette longue barque en bois sans balancier (contrastant avec la traditionnelle bangka), à slalomer entre les cailloux et à se faire éclabousser de toute part. Les Philippins en redemandent.

Les fameux bateau-torpilles appelés Torpedo

D’où vient cette idée saugrenue de descendre des rapides dans une barque en bois, surtout dans un endroit plutôt coupé du monde, à une vingtaine de kilomètres de la petite ville de Paranas, elle-même à environ 45 minutes en jeepney au sud-est de Catbalogan? Historiquement, la Ulot River, la plus grande rivière de Samar, était la principale voie de transport de marchandises et de passagers compte tenu du mauvais réseau routier de la région. Aussi, avant la création du Samar Island Natural Park (SINP) en 2003, le plus grand parc des Philippines, cette rivière servait de réseau de distribution au commerce illégal de bois.

Présentation du Parc National de Samar Island

Comme à Pamilacan Island où la chasse à la baleine a été interdite, à Bojo River ou au sein du Bulusan Volcano National Park où l’abatage sauvage a été stoppé, il fallut trouver des revenus alternatifs pour les communautés locales vivant principalement de ces activités illégales. C’est pourquoi quelques années plus tard, alors que le Quartier Général du SINP se construisait en 2006 sur les bords de la Ulot River, ses employés réalisèrent le potentiel de cette rivière et de ses rapides comme expérience écotouristique et d’aventure, et donc comme source de revenus alternatifs pour la communauté locale. Alors qu’au départ, le département du tourisme poussait à mettre en place des activités de kayak, de tubing et de marche,  ils ont compris par la suite qu’il pouvait être particulièrement intéressant d’utiliser ces mêmes bateaux qui transportaient le bois illégal auparavant, surtout qu’ils étaient conçus pour braver les rapides de la rivière. Pour l’expérience, c’est plus fun et culturellement parlant, cela ajoute un plus.

Mr Villanueva, Coordinateur de l’expérience Torpedo

Pour piloter ces bateaux, rien de mieux que de demander les services des experts pilotes que sont les anciens transporteurs de bois illégaux. Cela pousse à mettre un terme à ce commerce qui a perduré durant ces quelques années tout en leur offrant des revenus légaux et durables supérieurs aux activités passées. Après la conception du programme de tourisme communataire, élément du Samar Island Biodiversity Programme financé par le Programme des Nations Unis pour le Développement, et des formations du Département du Tourisme, la Tenani Boat Operators for River Protection and Environmental Development Organization (TORPEDO) est crée en 2010. Elle compte aujourd’hui 60 membres dont 13 guides et une quarantaine de capitaines de bateau et de ‘‘pointmen’’ ou timoniers qui manœuvrent les Torpedos afin d’éviter de heurter les rochers affleurant. 20 Torpedos sont en fonction aujourd’hui, possédés par la communauté, en plus de kayaks et de grosses bouées gonflables.

Entrée du QG du SINP, ses bureaux, salles de séminaires et dortoirs

Alors que 525 visiteurs ont testé l’expérience Torpedo en 2011, Mr Villanueva et son équipe de la municipalité de Paranas ne veulent pas s’arrêter là et souhaitent faire de Paranas une grande destination d’aventures ainsi qu’une réelle expérience éco-culturelle. Pour cela, ils cherchent à créer des maisons d’hôtes, proposer des repas aux visiteurs, préparés par la communauté locale, bâtir un centre d’écotourisme et des cabanes dans les arbres. Mr Villanueva a besoin de plus de fonds mais il travaille à construire de solides partenariats public-privé pour financer ces beaux projets.

Publicités