Tag Archive | environnement

Quand luxe et écologie vont de pair

Initiative: El Nido Resort (El Nido, Palawan)

English version here

Parfois (surtout dans des pays corrompus comme les Philippines), le secteur privé peut être le plus efficace quand il s’agit de protection de l’environnement. Cependant, cela a un coût et c’est donc le plus souvent les hôtels haut de gamme et autres entreprises de luxe qui peuvent se permettre de mener de telles actions. Mais entre une simple action de marketing (autrement appelée le « green washing ») et impact réel, il y a souvent un fossé. Bien que nous ne sommes pas en mesure de vérifier la véracité et la réelle mise en place de toutes les mesures annoncées, il nous a semblé qu’El Nido resort faisait figure d’exemple et de leader dans le secteur des éco-hotels de luxe.

Sur la plage d’El Nido

Après notre visite à Puerto Princesa, nous avons pris la route cabossée qui mène à El Nido. Ce petit village doit son affluence touristique à la baie de Bacuit, ensemble d’îles rocheuses cachant des lagons aux eaux turquoises et bordées de petites plages toutes plus splendides les unes que les autres. Bien que très isolé, El Nido est devenu un site incontournable aux Philippines.

Big Lagoon

Du fait de la beauté du lieu et de l’intimité de certaines petites îles, des resorts de luxe ont vu le jour (notamment pour les lunes de miel). Je voulais me pencher sur l’un d’entre eux, le resort de Miniloc. Malheureusement, lors de mon passage (saison creuse oblige), il n’y avait personne pour me répondre ou me faire visiter le resort (niché au creux d’une plage accessible qu’en bateau). Cependant, la directrice du département environnement du groupe El Nido Resort, Mme Laririt, a répondu à mes questions par email.

Le resort de Miniloc (du nom de l’île dela baie sur laquelle il se trouve) fut le premier construit dans la zone par des amoureux de plongée en 1981. A l’époque, la baie était un secret bien gardé et le but du resort de Miniloc était d’offrir aux touristes un grand confort dans ce décor de rêve tout en préservant l’environnement et en créant des emplois pour la communauté. Le resort, appartenant au groupe El Nido Resort, lui-même détenu par  la Ten Knots Development Corporation,  n’a eu de cesse d’agir et de faire pression sur les différents acteurs pour protéger ce paradis. Cependant, la prolifération d’hôtels à El Nido et l’accroissement considérable du nombre de touristes rendent les choses plus compliquées quant à l’écologie. Demandez à un connaisseur des Philippines ce qu’était El Nido il y a 10 ou 20 ans par rapport à aujourd’hui… Nostalgique, il vous répondra que c’était le « bon temps ». El Nido Resort a cependant aussi bénéficié de cet engouement pour la baie, et a ouvert depuis 3 nouveaux resorts, tous haut de gamme et isolés.

Helicopter Island, Baie de Bacuit

El Nido resort se veut responsable et engagé pour la protection de l’environnement. Et cela ne semble pas être des paroles en l’air ! En effet, la liste des mesures prises pour la conservation du lieu est grande (voir leur site ici). Un point d’honneur est mis sur la protection de la biodiversité avec la création d’une base de donnée en ligne qui recense la faune et la flore de l’île, avec un descriptif pour chaque espèce. Des opérations de réinsertion d’oiseaux et de protection des tortues ont été menées.

Miniloc Resort, photo d’El Nido Resort

Tous les touristes qui séjournent au resort de Miniloc assistent à un briefing sur la biodiversité et sont encouragés à la protéger. De plus, la formation des staffs prend une place très importante dans la politique du resort, avec le programme « Be GREEN (Guard, Respect, Educate El Nido) » pour les guides mais aussi tous les autres employés. Be GREEN est assez exhaustif : formation sur l’environnement et les législations, la conservation de la biodiversité, la gestion des déchets, de l’eau et de l’électricité. Depuis 2007, 900 employés ont suivi cette formation et sont ensuite encouragés à la mettre en pratique par la participation à un concours d’innovations environnementales pour le resort. Des programmes de protection des coraux (bouées pour l’ancrage des bateaux dans certaines zones, récifs de coraux artificiels…) ainsi que des actions telles que l’organisation de conférences ou le montage de vidéos (voir la vidéo ci-dessous) pour sensibiliser à la biodiversité font aussi partie des mesures prises par El Nido Resort. Du fait de son éloignement (Miniloc Resort est le seul sur l’île, il n’y a pas d’autres infrastructures) et de son engagement, El Nido resort a aussi investi dans des technologies qui économisent les ressources : récupération d’eau de pluie, panneaux solaires, traitement des eaux usées…

Malgré son relatif isolement, Miniloc n’est malheureusement pas seul : sur la terre ferme, à El Nido, les resorts ont poussé comme des champignons. Ce développement touristique a eu l’avantage de créer de très nombreux emplois pour la population locale, le plus souvent au détriment de l’environnement. La baie de Bacuit a été déclarée zone protégée en 1998 mais comme bien souvent aux Philippines, les lois sont là, mais pour les faire appliquer, c’est une autre affaire ! Il y a un manque de moyens pour empêcher la pêche illégale, l’ancrage des bateaux dans certaines zones et l’extraction abusive de sable. Le gouvernement local et le Département de l’Environnement et des Ressources Naturelles tardent à agir pour s’assurer de la sauvegarde du lieu. Selon Mme Laririt, il y a trop d’agences du gouvernement qui ont leur loi, ce qui a porté à confusion sur qui est réellement en charge de la proctection du site. El Nido Resorts regrette que rien ne soit fait contre les resorts qui ne respectent pas les règles, car sans cela il n’y a pas d’encouragement donné à ceux qui mènent un réelle politique respectueuse de l’écosystème.

Les chambres à Miniloc Resort, photo d’El Nido Resort

Tout cela sans parler de la fameuse taxe environnementale, comme partout dans les lieux touristiques aux Philippines et qui me fait hérisser les poils à chaque fois que je me renseigne sur son utilisation. A El Nido, chaque visiteur doit payer 200 pesos (4 euros, soit une somme considérable) à une taxe dont personne n’a su me dire l’utilisation. Et croyez-moi, si quelque chose était vraiment fait avec cet argent, les autorités locales le feraient savoir à coup d’affiches indiquant la somme déboursée pour tel ou tel projet (c’est la version philippine du « quand c’est flou, il y a un loup » de Martine Aubry) . Pourtant, il y a beaucoup à faire : d’autres zones protégées doivent être mises en place, le nettoyage des lagons et plages laisse à désirer et la surveillance du respect des lois doit être renforcée. El Nido resort lui-même en tant qu’acteur privé participe à cette taxe et souhaiterait « plus de transparence » (traduction : corruption, corruption, corruption…).

En somme, un projet plutôt louable pour ce resort, qui, à contrario de nos amis politiciens, a bien compris que les touristes viennent pour voir la baie, et que si celle-ci n’est pas protégée, ça ne durera pas ! Si cet article vous a donné envie de faire un tour à Miniloc, pensez à économiser avant :à 250 euros la nuit (la chambre la moins chère!), le paradis a un prix !

Une dernière pour la route, baie de Bacuit