Tag Archive | DOT

Le Département du Tourisme, une bonne volonté mais peu de moyens

English version here

C’est une rencontre que l’on attendait depuis longtemps. Le Département du Tourisme (DOT) est le Ministère national en charge de l’appui aux projets locaux de tourisme, des accréditations, du marketing et de la collecte de données et rapports statistiques reliés au tourisme. Durant ces 3 mois, nous avons pu avoir un aperçu du travail du DOT et de ses forces et faiblesses au travers des initiatives de tourisme que nous avons visitées. Après l’interview du DOT régional de Leyte et Samar, il nous était donc primordial de rencontrer le DOT national pour conclure ce projet sur une note globale. C’est un dimanche, au Starbucks du coin, que nous avons pu poser toutes nos questions à Rolando Canizal, le Directeur de l’Office du Planning, de la Recherche et du Management de l’Information du DOT.

La campagne marketing du DOT

 Le DOT avait pris part à la rédaction du National Ecotourism Strategy (NES) en 2002, qui s’est achevée cette année. Ce plan a permis d’instaurer la notion d’écotourisme dans le pays et de poser les grands enjeux et mesures à mettre en place. Tandis qu’une mise à jour de ce plan est en cours, le National Tourism Development Plan (NTDP) pour 2011-2016, le plan stratégique global pour le tourisme au niveau national, privilégie la notion de tourisme durable et en fait son cheval de bataille. La mission de ce plan est de promouvoir un « tourisme responsable au niveau social et environnemental qui permet une plus large distribution des revenus et des opportunités d’emploi ». Le NTDP met en avant plusieurs axes d’amélioration afin de booster le tourisme aux Philippines (actuellement pays classé 94e sur 139 pour la compétitivité du tourisme). D’ici à 2016, le plan prévoit de passer de 3.5 millions de touristes étrangers en 2010 à 6.6 millions, de 27. 9 millions de touristes locaux à 34.8 et d’une part du tourisme dans le Produit National Brut de 5.76 à 6.78 %. Mais pour cela, des investissements en terme d’infrastructures (aéroports, routes) doivent être faits, les produits touristiques développés, et le rôle des gouvernements locaux clarifié.

La campagne marketing du DOT

Ne voulant pas vous perdre et vous endormir devant tant de chiffres et d’informations, nous allons donc développer certains points essentiels des enjeux spécifiques du DOT pour soutenir et développer le tourisme durable.

Premièrement, beaucoup d’attention a été portée à la conservation de l’environnement, la mise en place de règles et de bonnes pratiques pour créer et préserver des zones protégées etc. Cependant, maintenant, l’accent doit être mis sur l’entrepreneuriat, à savoir l’acquisition de compétences de création et de gestion d’un business au niveau local, afin que les municipalités et communautés puissent avoir les bons outils pour développer leurs produits touristiques. Pour cela, le DOT va offrir plus de formations sur l’esprit d’entreprise, avec l’aide d’organisations d’aide internationales, surtout la Canadienne (CIDA), la Japonaise (JICA) et l’Allemande (GTZ).

La campagne marketing du DOT

Deuxièmement, le système d’accréditation pour l’écotourisme doit être renforcé (actuellement seuls 4 organismes sont accrédités), en expliquant mieux les conditions et les retombées pour l’organisme accrédité et en créant un support théorique plus complet pour expliquer les caractéristiques propres à ce type de tourisme. Par ailleurs, le DOT n’a pas encore de liste précise recensant les différentes initiatives de tourisme durable.

La campagne marketing du DOT

Troisièmement, les relations avec les gouvernements locaux doivent être clarifiées. Ces derniers doivent être actifs dans le développement de leurs produits touristiques, ils ne doivent pas attendre du DOT qu’il prenne tout en charge. Concernant le tourisme communautaire, le rôle des municipalités est de soutenir les initiatives communautaires et de les protéger contre la concurrence mais pas de gérer et manager le projet en lui-même, sans quoi il ne serait pas durable (nous en avons déjà parlé maintes fois dans nos articles). Par ailleurs, les gouvernements locaux se doivent de faciliter les démarches administratives pour les investissements du secteur privé. A de nombreuses reprises, les procédures nationales et locales se contredisent et sont très lourdes, décourageant ainsi les investisseurs.

Enfin, afin de mieux appréhender l’impact du tourisme durable et les voies d’amélioration, la collecte de données doit être plus efficace et fiable. Le DOT dispense déjà des formations en statistiques aux gouvernements locaux mais les hôtels sont encore majoritairement réfractaires à la collection de données, par peur de se voir taxer plus ou de perte de confidentialité des informations.

Le travail ne manque pas au DOT mais les travailleurs si : avec un budget très

La campagne marketing du DOT

serré, le Département manque de moyen. Par exemple, la Malaisie dispose de 80 millions de dollars pour son budget marketing du tourisme quand les Philippines en ont 10. Qu’à cela ne tienne : les philippins ne sont pas à cours de ressources et le DOT a lancé une campagne marketing s’appuyant sur l’humour et le slogan « it’s more fun in the Philippines » via les réseaux sociaux qui est alimentée par la population et qui a été très populaire, sans coûter des sommes considérables. L’aspect participatif des Philippins a rendu cette campagne plus fidèle à la culture du pays et de ce fait plus efficace.

Le Département des Ressources Naturelles n’ayant pas été très coopératif et arrangeant pour nous recevoir, nous achevons donc ce travail de 3 mois sur cette interview du DOT, qui nous a permis de mettre en perspective nationale les enjeux locaux que nous avions relevés.