Tag Archive | aventure

Samar et Leyte, sauvages et mystérieuses

English version here

En nous lançant dans cette aventure aux Philippines, nous souhaitions vous faire découvrir des lieux délaissés des touristes malgré leurs nombreuses ressources et leur grand potentiel. Nous voulions aussi réfléchir aux possibilités pour que ces îles puissent recevoir des visiteurs sans que l’environnement ne  soit dégradé ou qu’elles en perdent leur identité et deviennent des « mini-Boracay ».

Carte de la Région 8

Voici 10 jours que nous voyageons à Samar et Leyte, sans n’avoir croisé aucun touriste étranger. Pourtant, comme en témoigne l’album photo, il y a beaucoup à faire et à voir. Alors pourquoi ce désamour des touristes ? Les transports, le manque de tours opérateurs et de marketing ainsi que le climat politique sont autant de facteurs qui peuvent apporter des explications.

Avant tout, des petites indications sur ces deux îles situées dans la région VIII (cf. carte).Respectivement 4et 8e  plus grosses îles des Philippines,  Samar et Leyte sont deux provinces pauvres. Pour vous donner un exemple, le seuil de pauvreté a été déclaré à 20 euros par personne et par mois dans cette région en 2009. A Samar, 37%de la population était en dessous de ce seuil en 2009, et 27% pour Leyte, contre 21% aux Philippines en général (source : National Statistical Coordination Board). La population dépend majoritairement de la production de céréales (riz,maïs) et de produits dérivés des noix de cocos mais les cultures sont souvent affectées par les typhons.

Champs de riz à Samar

Samar et Leyte sont deux vrais petits bijoux pour le voyageur qui a du temps et de la patience (ou ni l’un ni l’autre, mais de l’argent). En effet, les transports publics se font rares et bondés, soit il faut se résigner aux 20 km/h moyens qu’effectue un véhicule (bus ou jeepney) et en profiter pour observer les routes côtières splendides, soit il faut privatiser un véhicule. Il est vrai que c’est très fatigant et très long de se déplacer, mais le jeu en vaut la chandelle !

Un transport bondé…!

Ce sont deux îles très sauvages, qui devraient attirer plutôt des touristes en quête de sport et d’aventure. En effet, il y a de nombreuses grottes splendides (et encore plein d’autres à explorer), des possibilités de treks à gogo et un potentiel aussi pour le canyoning, sans oublier le surf sur la côte Est de Samar (mais pas pour les débutants !) et la tyrolienne la plus longue des Philippines sur Leyte (que l’on a testée, cf. notre groupe facebook). Cependant, il n’y a pour le moment qu’une poignée de tours opérateurs (un à Samar, et très peu à Leyte), et un manque de publicité de la part des organisations nationales pour encourager les acteurs privés du tourisme à s’installer là-bas.

Mais ce qui nuit surement le plus à Samar et Leyte, ce sont les nombreux typhons qui les balayent chaque année (sans compter les secousses sismiques, croyez-nous !) et la présence du New People Army (NPA), groupe armé rebelle philippin. Il n’y a jamais eu d’enlèvement de touristes sur ces îles et l’atmosphère n’est pas du tout à la guerilla, mais les médias philippins, en ne parlant de ces deux îles que pour en dire des nouvelles alarmantes, ont participé à un sentiment de peur au sein la population, particulièrement à Manille.

Qu’à cela ne tienne, nous avons quand même fait des rencontres intéressantes de passionnés qui ne perdent pas espoir de faire connaître leurs îles. Joni, le spéléologue solitaire à l’origine de belles découvertes de grottes sur Samar, et Leyte Gulf Travel, agence basée sur Leyte, nous ont tous deux fait part de leur lutte quotidienne pour attirer les touristes dans la région VIII (Samar et Leyte).  Joni a eu la chance d’être recommandé par le Lonely Planet, ce qui aide beaucoup, et Leyte Gulf s’appuie sur ses voyages à l’étranger et dans le reste des Philippines pour tenir financièrement.

Sur la route

Mais s’il y a un site qui est populaire, à la jonction entre les deux îles, c’est bien le « Sohoton Caves and Natural Bridge ». Avec ses 3000 visiteurs par an (dont quand même de nombreux locaux), c’est l’attraction majeure de la région (bien qu’à notre goût, vraiment pas la plus intéressante). L’accès à la grotte de Sohoton se fait par bateau, sur une rivière émeraude bordée de palmiers et de villages sur pilotis avant d’apercevoir les falaises de calcaire et le « natural bridge ». Avant tout voyage, il faut passer par l’office du tourisme de Basey, à Samar, petite ville agréable connue pour sa vannerie et son église.

Les affichages à l’Office de Tourisme

A l’office du tourisme, nous avons été frappés par les affichages très complets de toutes les données économiques et stratégiques. Nous qui nous plaignions du manque de transparence des gouvernements locaux, nous voilà servis ! La mairie participe en effet à un programme national visant à permettre l’accès des citoyens aux informations qui les concernent. Nous sommes reçus par la chargée du tourisme, Angelina O. Ritaga, qui nous fait part des difficultés et des succès de l’office du tourisme. Le gouvernement local a aidé à la création de Sohoton Services Association (SSA) en 2003, afin de regrouper les « éclaireurs » des grottes, des guides et les agents en charge de la propreté et la sécurité du site. La SSA reçoit 10% du prix payé par les touristes pour entretenir les sites culturels de la ville et payer les salaires. Tous ont reçu une formation du Bureau du Tourisme et du Département de l’Environnement et des Ressources Naturelles (DENR). Cette bonne organisation a permis d’attirer les touristes, notamment de Tacloban (capitale administrative de Leyte).

Angelina nous a avoué avoir reçu des plaintes concernant le travail des guides et souhaite bénéficier des services d’un guide plus expérimenté pour renforcer  la formation des guides locaux. Les difficultés que rencontre l’office de tourisme sont majoritairement liées aux changements électoraux (actuellement le nouveau maire est moins impliqué dans le tourisme) et le manque d’aide du DENR, qui collecte pourtant un taxe de 200 pesos pour les touristes étrangers et 25 pesos pour les philippins ! Selon Angelina, avec tout cet argent le DENR devrait être d’un appui et d’une aide technique et financière conséquents, mais les agents du DENR ne sont actifs que lorsqu’il s’agit de collecter la taxe….

Le « pont naturel » à Sohoton

Malgré ces difficultés,  l’office du tourisme rêve de grands projets comme de la construction d’une tyrolienne, de restaurants et hôtels dignes de ce nom, de pédalos etc. L’installation d’un club de ski nautique est déjà en route, portée par un investisseur étranger.

En effet, située sur Samar, à 30 min des splendides îles Marabut et du paradisiaque Caluwayan Resort et à seulement 45 min en van de l’aéroport de Tacloban, Basey a tout ce qu’il faut pour devenir une destination touristique de renommée !

Publicités