Nourrir les requins baleines, un eldorado controversé à Oslob

English version here

Initiative: Whale sharks- Oslob (Cebu)

Après une longue hésitation liée au fait que je ne voulais pas que mon nom vienne grossir la liste des touristes du site, je me suis finalement décidée à m’arrêter sur la route de Dumaguete à Cebu dans le petit village de Tan-Awan, dans la province d’Oslob. Que se passe-t-il à Tan-Awan qui attire tant l’attention ?

Les requins baleines sont présents de manière assez continue à Oslob depuis 1950. Les pêcheurs s’en méfiaient car ils détruisaient souvent les filets et chassaient les poissons. Les requins baleines sont des poissons mesurant généralement entre 2 et 9 mètres. Ils sont inoffensifs et se nourrissent de plancton, d’où leur surnom ici de « Gentle Giants ». Un pêcheur nourrissait de bébés crevettes (ici appelés « uyap ») des requins baleine pour les écarter des filets et il s’est rendu compte que ceux-ci revenaient pour la nourriture. L’été dernier, une vidéo d’un plongeur a circulé sur youtube montrant ce monstre marin approchant les pêcheurs de si près. En septembre 2011, plusieurs pêcheurs se sont mis à nourrir les requins baleines et des hordes de touristes ont commencé à affluer. Contrairement à Donsol, un site d’observation des requins baleines géré par le WWF depuis 1998 où nourrir les bêtes est interdit, à Oslob, l’alimentation des bêtes avec le uyap a lieu quotidiennement.

un requin baleine à Oslob, photo de « Oslob Whale Sharks »

Du jour au lendemain, la petite bourgade de Tan-Awan a vu arriver jusqu’à 1000 touristes par jour. Initialement, le prix était fixé à 300 pesos par personne pour approcher les requins baleines accompagné par un pêcheur et son bateau. A partir de janvier 2012, le gouvernement local s’est mêlé de l’affaire, et a fait passer une ordonnance en avril portant à 1000 pesos (!!!!) , soit 20 euros, le prix de 30 minutes de snorkelling pour les étrangers et 500 pesos pour les philippins. Les pêcheurs qui autrefois gagnaient environ 300 pesos par jour en gagnent le triple aujourd’hui (voir plus) et de nombreux commerces se sont développés. Pour chaque frais d’entrée, 60% vont aux pêcheurs, 30% à la mairie d’Oslob et 10% pour le barangay (petit village) de Tan-Awan. Une success story ? Le sujet fait débat aux Philippines.

Je me suis rendue sur place et ai rencontré 5 parties prenantes du débat : le président de l’association des pêcheurs, le trésorier du barangay de Tan-Awan, la chargée du tourisme à la municipalité d’Oslob, des volontaires scientifiques de l’ONG de conservation marine Physalus et des environnementalistes faisant un documentaire free-lance sur les requins baleines à Oslob. Ce que j’en retiendrais est le manque d’organisation et de transparence de l’utilisation de la manne financière, notamment par la mairie d’Oslob et les risques de changement de comportement des animaux.

Une pêcheur qui nourrit un requin baleine

La discussion avec la chargée de tourisme amenait parfois à des explications risibles, comme l’augmentation du prix pour les étrangers lié à leur non-respect des règles dans l’eau (ne pas toucher les animaux, pas de flash) ou encore l’implication du gouvernement local uniquement par inquiétude de la protection des requins baleines… Pas question d’argent donc. Les 500 à 1000 visiteurs quotidiens rapportent chacun 150 à 300 pesos à la mairie. Faites le calcul, cela fait beaucoup d’argent pour une si petite mairie… Personne n’a rien trouvé à me citer quant à l’utilisation concrète de ces fonds, sauf l’éclairage public dans une zone de la ville d’Oslob. La raison invoquée par la chargée du tourisme : tout l’argent est placé sur un compte en banque en attendant le Plan Annuel prochain qui décidera de son allocation. Quant au barangay de Tan-Awan, ils ont acheté des nouveaux stylos et feuilles, pour le coup, à ce prix, ils doivent être de très bonne qualité ! Bref, il y a de la corruption dans l’air. J’ai aussi posé à de nombreuses reprises la question des conflits dans la communauté, car je comprends mal comment un instituteur où un fonctionnaire qui gagne 3000 pesos par mois peut accepter que les pêcheurs en gagnent 1000 par jour, en travaillant dans des conditions moins dures et en n’ayant fourni aucun effort pour mériter cela. Réponse : oui, il y a des jalousies et des conflits, mais quand la mairie leur explique qu’il va y avoir des retombées positives pour tout le monde, plus personne ne se plaint.

La bouche de requin baleine, énorme!

J’ai évoqué les principaux enjeux avec la communauté, parlons à présent des requins baleines. Ce sont des espèces migratoires, et le fait qu’ils n’ont pas bougé d’Oslob depuis que les pêcheurs les nourrissent peut être une source d’inquiétude. Ils migrent normalement pour éviter la rareté du plancton mais aujourd’hui les pêcheurs font des kilomètres pour aller acheter l’uyap (le cours de l’uyap est passé de 1 pesos à 70 le kilo…). Le deuxième problème est l’habitude que prennent les animaux à approcher les bateaux et à quémander pour leur nourriture. Ne faisant pas la différence entre les bateaux, ils peuvent se blesser une fois sortis de la zone d’Oslob ou effrayer d’autres nageurs ou pêcheurs non avertis (à Oslob les requins baleine sont à 50 mètres de la côte…). Fermin, un requin baleine, est revenu avec une grosse scarification sur la figure, ce qui a ravivé la controverse autour de la nourriture par l’humain. Les scientifiques craignent aussi que le comportement de ces animaux sauvages ne change, voir même qu’ils deviennent plus pressants et agressifs quand ils n’ont pas à manger. Et surtout, si nourrir les requins baleines devenait une activité qui se généralisait aux Philippines (processus déjà en cours sur l’île de Cebu), que resterait-il de sauvage à ces géants au cœur tendre ?

Je pourrais vous parler des heures de ce sujet, qui m’a tant révoltée ce matin, car franchement c’est un zoo qui ne dit pas son nom et qui peut avoir des répercussions assez dramatiques et pour les requins baleines et pour la communauté, pour qui cet argent qui coule à flot sans bonne répartition ne présage rien de bon. C’est un sujet d’actualité brulant et qu’il faut suivre de près car la loi va peut-être changer suite aux pressions des environnementalistes. Je vous invite à regarder les vidéos  (dont le deuxième épisode ci-dessus) de la série « The Giant Gentles: a tuki chronicle » pour en savoir plus sur les enjeux.

Cependant la question de la durabilité du projet de tourisme ici se pose de façon assez urgente du fait du caractère migratoire des requins baleines. De plus, lorsque vous voyez 4 bateaux et des dizaines de touristes agglutinés autour d’un seul animal (contrairement à ce qui est indiqué sur les panneaux de respect des règles), celle de la capacité d’accueil aussi. Il n’y a pas de solution simple à ce phénomène qui puisse satisfaire tout le monde, mais le sujet mérite débat afin de trouver un équilibre entre les retombées positives pour la communauté et la préservation de cette espèce marine en danger.

Publicités

12 responses to “Nourrir les requins baleines, un eldorado controversé à Oslob”

  1. maxguillien says :

    Très bon article! Nous étions arrivés au même constat en envisageant d’organiser des visites / observation des requins à Cebu et avons vite abandonné cette possibilité, tant la corruption et les dérives environnementales possibles ne sont absolument pas prises en compte par les acteurs locaux. Nous espérons que le centre de Donsol va pouvoir survivre géré comme il est.

  2. Héloise says :

    super article vio 🙂

  3. Jo Bonvin says :

    Pour plus, je te laisse zieuter l’exceptionnel ouvrage ci –dessous!
    http://juergenfreund.com/booksmerchandise/sulu-sulawesi-seas-2001/

  4. Tortoïse says :

    Bonjour,
    Je suis vraiment consterné de constater que certaines populations n’hésitent pas à les nourrir.
    Pratiquer le feeding avec les requins baleines comme avec n’importe quelle espèce animale, c’est exactement ce qu’il ne faut pas faire.
    Les requins baleines sont capables de trouver eux même des zones où il y a présence de plancton et de micro-crevette pour se nourrir.

    Je vis à Madagascar, il est également possible de nager avec les requins baleines. Aussi, un ami propose de nager avec les requins baleines dans ses différentes excursions en mer, Safari Baleine
    Mais nous sommes bien loin de ces pratiques, il y a en général entre 4 à 8 personnes dans l’eau sur un même spot et pas question de leur donner à manger !
    Si on rencontre du requin-baleine tant mieux, sinon c’est dauphin ou tortue au programme.

    Les opérateurs touristiques d’Oslob font fausse route, money is money…
    Une belle démonstration stupide, totalement à l’encontre de ce qu’est l’écotourisme.

  5. Tortoïse says :

    Bonjour,
    Je suis vraiment consterné de constater que certaines populations n’hésitent pas à les nourrir.
    Pratiquer le feeding avec les requins baleines comme avec n’importe quelle espèce animale, c’est exactement ce qu’il ne faut pas faire.
    Les requins baleines sont capables de trouver eux même des zones où il y a présence de plancton et de micro-crevette pour se nourrir.

    Je vis à Madagascar, il est également possible de nager avec les requins baleines.
    Aussi, un ami propose de nager avec les requins baleines dans ses différentes excursions en mer, Nagez avec le requin baleine à Madagascar.
    Mais nous sommes bien loin de ces pratiques, il y a en général entre 4 à 8 personnes dans l’eau sur un même spot et pas question de leur donner à manger !
    Si on rencontre du requin-baleine tant mieux, sinon c’est dauphin ou tortue au programme.

    Les opérateurs touristiques d’Oslob font fausse route, money is money…
    Une belle démonstration stupide, totalement à l’encontre de ce qu’est l’écotourisme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s