Olango, le naufragé du tourisme communautaire

English version here

Initiative: Ecoconut, Olango Island

Jusqu’ici, nous vous avons parlé des bons aspects du tourisme communautaire, de projets au grand potentiel ou qui connaissent déjà le succès. Mais monter un tel projet aux Philippines n’est pas un long fleuve tranquille et la réussite sur le long terme n’est pas garantie. L’expérience de Matthias est en ce sens très intéressante et enrichissante, et met en lumière le rôle crucial de la bonne entente, de la motivation, et de la présence de leaders dans la communauté.

Des tricycles à Olango

Matthias, jeune français résidant depuis 6 ans aux Philippines, a beaucoup à dire sur les difficultés de monter un projet de tourisme communautaire. Il a commencé son aventure à Olango Island (près de Cebu City) en tant que stagiaire il y a 7 ans. Il travaillait notamment sur le projet d’écotourisme mis en place depuis 1998 mais qui végétait à cause de conflits d’intérêt au sein même de la communauté. Le projet avait commencé sur les chapeaux de roue avec un don de 1 million de pesos d’USAID (agence d’aide au développement américaine) à la communauté afin de développer le tourisme sur l’île, ce qui avait d’entrée de jeu créé des tensions (Qui va toucher le gros lot? Pourquoi lui et pas moi?). Très vite il a décide de revenir sur place, dans la famille influente et impliquée en politique qui l’avait accueillie. En 2008 il crée Ecoconut, un tour opérator local qui vend des tours à la journée sur l’île d’Olango, avec parmi les associés Edil,  qui travaille  au Département des Ressources Naturelles et qui est un membre de la famille chez qui Matthias habite.  L’île d’Olango a tout pour plaire mais pourtant la communauté a du mal à en faire le marketing. Ecoconut va donc s’en charger.

A l’entrée du sanctuaire d’Olango

Avec un tout petit budget,  Matthias parvient néanmoins à attirer l’attention de gros clients comme Nouvelles Frontières, le Shangri-La et des agences de voyage philippines. Il obtient un partenariat avec le Département du Tourisme national qui avait délaissé le projet initial à cause des tensions et des mauvaises pratiques locales. Les différents partenaires ne souhaitent plus donner d’argent directement à la communauté mais proposent des formations gratuites et du matériel afin que la communauté puisse organiser son tour dans les meilleures conditions.  Le tour à la journée comprend la visite des mangroves d’Olango avec un guide expliquant la faune et la flore, une démonstration d’artisanat local à base de coquillages, une démonstration de pêcheurs, un repas préparé par la communauté, une dégustation et démonstration de fabrication d’alcool de noix de coco et  enfin la possibilité d’aller faire du snorkelling dans les récifs voisins.

Les mangroves d’Olango

Mais voilà, les vieux soucis refont surface et le manque de leader naturel dans la communauté se fait sentir, avec des petites guerres des clans qui se mettent en place. De plus, la population locale demande à être toujours plus rémunérée, même pour les formations qu’elle reçoit, sans offrir une contrepartie ni en terme de motivation ni en terme de prise d’initiative. Le climat se dégrade et des rumeurs (alimentée en partie par des partenaires de Matthias eux-mêmes) font circuler qu’ Ecoconut se fait du profit sur le dos de la communauté et que le projet doit revenir aux mains des populations locales, même en terme de marketing. Le Bureau du Tourisme, voyant tant de conflits internes, se retire ainsi que certains partenaires. Il y a 3 semaines, Matthias apprend dans le journal que Le Département des Ressources Naturelles a fait une donation de 300,000 pesos à la communauté et reprend le projet, avec à la clé une nouvelle grille tarifaire, un nouveau parcours et Ecoconut aux oubliettes. Edil a elle-même obtenu ce don de ses supérieurs, et est maintenant en charge du projet, avec l’appui des politiciens de la région, certains de sa famille.

Un coin de paradis

Nous avons souhaité rencontrer la fameuse Edil, pour nous faire nous même une idée de cette histoire qui a plutôt mal fini pour Ecoconut (nous devons avouer qu’il était assez dur se faire fi de nos a priori) . Très froide (à la limite de l’impolitesse), Edil nous reçoit pour nous raconter l’histoire réinventée du tourisme à Olango, en éclipsant totalement le role d’Ecoconut pendant 6 ans sur l’île, et en affirmant que le projet a toujours l’appui du Département du Tourisme et d’une grosse agence de voyage philippine, ce qui ce n’est plus le cas. Forte de la donation du DENR, qu’elle peut dépenser plus ou moins comme bon lui semble, elle voit en grand l’avenir d’ Olango.

Effectivement, l’endroit est vraiment superbe, rural, et très près de Cebu, deuxième plus grande ville des Philippines et dotée d’un aéroport international. Un gros potentiel. Mais penser se passer de l’appui du Bureau du Tourisme et de sa requête de transparence,  de pouvoir éclipser le secteur privé  se privant ainsi d’une aide en marketing comme le faisait Ecoconut, de faire taire les revendications locales en acceptant des augmentations de salaire et des pots-de-vin non justifiés, cela nous paraît un peu ambitieux.

Publicités

2 responses to “Olango, le naufragé du tourisme communautaire”

  1. maxguillien says :

    On se rend bien compte des difficiles réalités du terrain par cet article. Il est frustrant d’arriver à un tel résultat malgré un très grand travail et engagement de Matthias. Bravo tout de même pour sa persévérance et son beau projet qui même s’il n’a pas abouti, est un bel exemple d’engagement en faveur du tourisme durable, qui même s’il gagne du terrain, est encore loin de devenir la norme

Trackbacks / Pingbacks

  1. PROCESS- Bohol « Sama Sama Découverte - septembre 5, 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s