Au pays du rêve devenu réalité

L’ « enchanted farm » (ferme enchantée) de Bulacan, à 2h deManille, porte bien son nom. Véritable village utopique façonné par Tony Meloto et les équipes de Gawad Kalinga (cf notre premier article sur GK), les bidonvilles ont laissé place à un village modèle, coquet, propre, presque le Club Med ! C’est Alexis, étudiant à HEC en stage de 6 mois chez GK, qui nous a accueilli pour nous faire une visite des lieux.

Plan de la ferme

Seule du type pour le moment, la ferme enchantée est un lieu où tout un écosystème économique est mis en place.  Financée à 100% par des donations (dont 40% Shell, 10% Hyundai), elle a plusieurs fonctions, qui sont résumées par son appellation de « Ferme Village Université ».Pourquoi une ferme ? Tony Meloto soutient que l’avenir des Philippines réside dans les campagnes et dans leurs ressources naturelles, sous exploitées pour le moment.  C’est aussi un village, où l’entraide, la cohésion et l’innovation pour combattre la pauvreté sont de mise. Par ailleurs, c’est une Université où l’on « apprend à désapprendre » ce qui a été étudié à l’école, pour toucher du doigt des savoir-faire et potentiels ruraux trop longtemps ignorés.

Golden Eggs, une entreprise sociale de la ferme

Le village vise à devenir une ferme pédagogique pour les quelques 100,000 étudiants philippins qui seront amenés chaque année à visiter le lieu. Mais l’innovation première de cette ferme, qui la différencie des autres villages GK, est d’avoir mis en place un incubateur d’entreprises sociales, un laboratoire d’idées nouvelles. Chaque entrepreneur (de la région ou étrangers souhaitant s’engager aux Philippines) peut s’il le désire bénéficier du soutien de GK en testant son activité dans la ferme : par exemple pour une entreprise de vente d’œufs de canard, GK leur prête des parcelles pour les animaux et des locaux. En ce moment, des entreprises variées sont incubées dans la ferme : l’enchantea (del’icedtea fait sur place), les golden eggs (les œufs de canards), du fromage, des jouets en bambous, du café, du chocolat, des huiles essentielles…Outre les infrastructures, la ferme met à leur disposition un ou des étudiants d’écoles de commerce ou ingénieurs (souvent français) pour les aider dans le développement de leur business et leur offre ensuite la possibilité de faire leur distribution dans les cafés GK (un seul pour le moment  mais 500 à venir).  En échange, les entrepreneurs reversent 30% de leurs revenus à GK.

Un des nombreux jardins de la ferme

Mais venons-en maintenant au sujet de notre étude, le tourisme. L’idée à terme est de faire de ce lieu un pôle central du «tourisme à la ferme », avec la possibilité pour les visiteurs philippins (notamment les étudiants de Manille) et étrangers de découvrir les activités et la culturede la campagne. Cependant, tourisme à la ferme ne signifie pas tourisme au confort minimal, et Tony Meloto souhaite faire de ses Bed and Breakfast (deux maisonnettes pour le moment) un lieu agréable et qui satisfera les voyageurs même les plus exigeants. Par ailleurs, un tourisme évènementiel est visé, avec la création d’un « Bamboo Palace » pouvant accueillir de nombreux invités pour des mariages, par exemple.L’argent de ce tourisme reviendra aux villageois et aux nombreux programmes qui leur sont destinés, afin de créer de nouveaux emplois et pouvoir aider plus de bénéficiaires.

Une Bed & Breakfast

De notre visite, nous retiendrons un sentiment d’admiration pour ce projet pensé dans sa globalité et pour la capacité de GK à avoir osé relever un tel défi. Le potentiel de cette ferme modèle est gigantesque, tout reste encore à construire et à imaginer. La seule chose qui pourrait devenir problématique est l’absence chez Tony Meloto de notion de capacité d’accueil. Il nous a laissé le sentiment que tout visiteur est le bienvenu, sans limite (ce qu’il nous a d’ailleurs dit expressément). En témoigne le nombre très élevé de stagiaires français (la semaine précédente on nous a dit qu’il y en avait eu 70 au même moment à la ferme !) qui sont parfois un peu désemparés pour trouver leur place à la ferme. Le risque serait de faire de faire perdre à cet endroit splendide son authenticité et la spontanéité de ses habitants, d’autant plus que le projet de tourisme social ne concerne pas que cette ferme mais devrait s’étendre  par la suite à d’autres villages GK. Evolution à suivre  de près !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s